La chute de Robespierre dans la presse | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

La chute de Robespierre dans la presse

le par
le par - modifié le 15/02/2019
Journal de la liberté de la presse - No. Ier. 17 fructidor, an 2me de la République - Source BnF

Le 9 Thermidor an II, Robespierre est arrêté. Pour ses opposants, l'Incorruptible s'est mué en tyran. La Convention le fait guillotiner le 10 Thermidor, aux côtés de Saint-Just, Couthon, Hanriot, Payan... La presse parisienne, foisonnante depuis le début de la Révolution, ne couvre pas l'événement.

Dans les jours qui suivent la mort de celui qui deviendra l'incarnation de la Terreur, le silence prudent de la presse se déchire, dévoilant les complots, relayant les accusations contre les robespierristes, fabriquant ce qui deviendra un symbole de libération de la presse. Le Cri des victimes de la tyrannieLe Patriote révolutionnaireInsurrection en faveur des droits du peuple souverain, mais aussi Journal de la liberté de la presse de Gracchus Babeuf, autant de titres qui paraissent et s'attachent à clore et à dénoncer la séquence historique précédente.

 

 

 

Comme l'écrit Jean-Clément Martin sur cette couverture par la presse de la chute de Robespierre, « vrai et faux se mêlèrent si bien qu’il demeure toujours impossible de faire un bilan des noyades et que la confiance dans les publications ne peut que demeurer incertaine. C'est donc avec ces précautions qu’il faut aborder les témoignages de ce moment particulièrement chahuté. Ces sources demeurent indispensables ; elles rendent compte de ce qui fut vécu, si l’on veut bien les mettre dans cette perspective ».

 

Revue de presse de quelques publications conse...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Sur le même sujet