Le suicide de Virginia Woolf | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Le suicide de Virginia Woolf

le par
le par - modifié le 10/11/2018
Photo de la romancière Virginia Woolf en 1927 - source : Harvard University-WikiCommons

En mars 1941, la grande romancière anglaise Virginia Woolf met fin à ses jours en se noyant dans la rivière Ouse. La presse française déplore la mort de cet « écrivain du vertige ».

En ce mois d’avril 1941, les informations venant d’Angleterre font essentiellement état des bombardements sur Londres par l’aviation allemande selon la politique du blitz (la guerre éclair d’Hitler) et de black-out dans les villes.

Au milieu de ces articles sur les attaques outre-Manche, une nouvelle inquiète les lecteurs amateurs de Virginia Woolf : on est sans nouvelle de la grande romancière depuis plusieurs jours.

« Mrs. Virginia Woolf, romancière et essayiste anglaise bien connue, a disparu depuis plusieurs jours de sa maison de campagne du Sussex.

Le mari de la romancière et sa famille pensent que Mrs Woolf s'est noyée à la suite d'un accident. La rivière au bord de laquelle est située la maison de campagne de la disparue a cependant été sondée sans résultats. »

Cette courte dépêche de l’organe royaliste L’Action française est suivie quelques jours plus tard par l’annonce officielle de son décès.

Le corps de Virginia Woolf a en effet été retrouvé dans la rivière Ouse qui borde Monk’s House, son cottage du Sussex de l’Est. Le Journal des débats politiques et littéraires s’en fait l’écho et lui rend hommage.

« Une dépêche de Londres annonce la mort de la romancière bien connue Virginia Woolf.

Née en 1892, femme du fondateur de l'Hogarth Press, Virginia Woolf publia ses premiers romans dans les journaux placés sous la direction de son mari.

Le premier pa...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée