1794 : Première abolition de l’esclavage | Retronews - Le site de presse de la BnF
Long Format

1794 : Première abolition de l’esclavage

le par - modifié le 14/11/2018

Le décret n° 2262 de la Convention nationale abolit l’esclavage dans les colonies françaises. Cette abolition est décrétée dans un contexte particulier, qui révèle les tensions autour de plusieurs enjeux révolutionnaires.

L’abolition : un enjeu conflictuel

Durant les premières années révolutionnaires, la question de l’esclavage préoccupe plusieurs hommes politiques, notamment en raison de l’action de la Société des amis des Noirs (abbé Grégoire, abbé Sieyès, Brissot,…) et de celle du Comité colonial, défendant le système esclavagiste. Lors de la nuit du 4 août 1789, qui voit l’abolition des privilèges féodaux, le duc de la Rochefoucauld-Liancourt envisage d’accorder aux esclaves l’égalité devant la loi, mais le Club Massiac obtient le maintien de l’esclavage le 28 novembre 1789.

Le 15 mai 1791, l’Assemblée législative accorde le droit de vote à certains hommes de couleur, début d’émancipation qui inquiète les colons blancs de Saint-Domingue qui envisagent de proclamer l’indépendance de l’île pour préserver l’économie florissante. Le 28 mars 1792, l’Assemblée législative se contente d’établir une égalité de droit entre tous les hommes libres, ce qui exclut les esclaves.

Ces demi-mesures ne satisfont pas les esclaves qui se révoltent, comme à Saint-Domingue en 1791 [voir le dossier : Révolte à Saint-Domingue] et en Guadeloupe...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée