Nationalisme intégral : reportage dans le Japon de 1932 | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Nationalisme intégral : reportage dans le Japon de 1932

le par
le par - modifié le 12/03/2019
Retour de l'armée japonaise à Tokyo, agence Mondial, 1932 - source : Gallica-BnF

La grande reporter Andrée Viollis est au Japon au printemps 1932, au moment où le Premier ministre est assassiné. Elle décrit l'atmosphère nationaliste et militariste qui règne à Tokyo.

Début 1932, le Japon est au cœur d'une période de grande tension. Le pays mène une politique colonialiste et expansionniste qui a abouti en 1931 à l'invasion de la Mandchourie, une province chinoise, déclenchant un conflit armé entre les deux pays. L'archipel nippon subit en outre les effets de la crise économique de 1929 et de nombreuses grèves ont éclaté à divers degrés dans l'industrie.

 

L'idéologie dominante dans les cercles de pouvoir japonais est alors clairement fascisante. Le militarisme nippon s'appuie en effet sur une vision du monde xénophobe et ultranationaliste, qui considère que la « race » japonaise a vocation à dominer le reste de l'Asie.

 

C'est ce Japon en pleine crispation que la grande reporter du Petit Parisien Andrée Viollis va décrire. Celle-ci est une habituée des reportages au long cours : en 1927, elle a raconté l'U.R.S.S. d'après la Révolution, et en 1929, elle a couvert la guerre civile afghane. En ce début d'année 1932, elle débarque de Chine, où elle a suivi le conflit sino-japonais.

 

Le lendemain de son arrivée à Tokyo, le 6 avril, elle assiste au passage de l'empereur Hirohito au milieu d'une foule encadrée ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)