Le Congrès de Vienne de 1814 à 1815 | Retronews - Le site de presse de la BnF
Long Format

Le Congrès de Vienne de 1814 à 1815

le par - modifié le 01/10/2018

Le congrès de Vienne réunit les principales puissances européennes de novembre 1814 à juin 1815. Il consacre le retour à l’ordre ancien après les expériences révolutionnaire et napoléonienne et redessine une nouvelle carte de l’Europe en ignorant les aspirations libérales et nationales des peuples. Il instaure également un « concert des nations » fondé sur le principe d’équilibre de puissances qui perdure jusqu’en 1914.

Les fondements politiques du congrès de Vienne : paix et restauration de l’ordre ancien

Le congrès de Vienne réunit deux empereurs, une quinzaine de rois, plus de 2000 princes et 93 chefs de missions diplomatiques du 1er novembre 1814 (cérémonie officielle d’ouverture) au 9 juin 1815. Vienne devient le centre politique de l’Europe. Si tous les États européens sont représentés, quatre hommes prennent les décisions principales : le tsar russe Alexandre Ier, le chancelier autrichien Metternich et président du congrès, le secrétaire au Foreign Office britannique Castlereagh et le diplomate prussien Hardenberg.

Après l’effondrement du système continental napoléonien en mars-avril 1814, les puissances coalisées victorieuses tentent de réorganiser la carte de l’Europe afin de rendre « à l’Europe son équilibre politique et aux peuples la paix et la tranquillité », après près de 25 ans de guerre. L’acte final de 121 articles est signé le 9 juin 1815 avant même que Napoléon, revenu au pouvoir durant les Cent-Jours (mars-juin 1815) ne soit vaincu définitivement à Waterloo le 18 juin.

Le congrès de Vienne tente d’effacer toutes les traces des principes révolutionnaires dans les Républiques-sœurs et les anciens États vassaux napoléoniens et consacre la restauration de l’ordre ancien monarchique et de la légitimité dynastique : c’est un manifeste contre-révolutionnaire qui aspire à retrouver l’Europe d’avant 1792. Les dynasties renversées par les guerres révolutionnaires et impériales reviennent au pouvoir.

Pièce satyrique contre le prince de Talleyrand, estampe, Martinet, Paris - source : Gallica-BnF

Une réorganisation de l’Europe qui ignore les aspirations nationales

La Restitution ou chaqu'un son compte, estampe, Collection de Vinck - source : Gallica-BnF

Les nouveaux découpages territoriaux en Europe sont le fruit de marchandages et de rivalités entre les quatre gra...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée