1881 : Les crucifix disparaissent des écoles parisiennes | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

1881 : Les crucifix disparaissent des écoles parisiennes

le par
le par - modifié le 29/12/2018
« L'enlèvement des crucifix dans les écoles de la ville de Paris », estampe, M. Gerlier, 1881 - source : Musée Carnavalet-Domaine Public
« L'enlèvement des crucifix dans les écoles de la ville de Paris », estampe, M. Gerlier, 1881 - source : Musée Carnavalet-Domaine Public

Dans le cadre du processus de laïcisation de l’enseignement porté par Jules Ferry, les symboles chrétiens qui ornaient les salles de classe de la capitale sont un à un décrochés. Au grand dam des observateurs conservateurs.

Au début du XIXe siècle, l’enseignement et l’encadrement des élèves dans les établissements scolaires est en grande partie pris en charge par des membres du clergé issus de congrégations religieuses, faute d’instituteurs formés par l’État. Mais au tout début de la Troisième République, après le vote des lois constitutionnelles de 1875, qui tendent à organiser le régime républicain en diminuant notamment l’influence de l’Église, une réforme de l’instruction publique apparaît nécessaire.

Dans ce contexte, le ministre de l’Instruction publique Jules Ferry fait voter diverses mesures destinées à laïciser l’enseignement dans les écoles publiques. Ces lois votées entre 1879 et 1882 visent à former des instituteurs laïcs pour remplacer auprès des élèves le personnel scolaire issu du clergé et d’une façon plus générale, à exclure les représentants de l’Église du Conseil supérieur de l’instruction publique.

RetroNews c’est 400 titres de presse française publiés de 1631 à 1945, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Profitez de 15 jours d'essai gratuit,
dès maintenant en créant votre compte.

Newsletter

Le 9 décembre 1880, le préfet de la Seine Ferdinand Hérold ordonne le retrait des signes religieux dans toutes les écoles publiques parisiennes. Bien que cette décision soit d’abord rejetée par le Sénat, le retrait de tous les crucifix, vierges et images religieuses traditionnellement placés dans les classes devient une réalité dès le début de l’année 1881.

L’annonce de cette nouvelle, qui déclenche l’indignation de la communauté catholique, est relayée avec hargne par le journal de droite Le Conservateur :

« Dans telles communes au mépris des traditions, des habitudes de la population, souvent même de son intérêt commercial, les républicains du conseil ont imposé au maire l’obligation de suppri...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres