Victor Hugo contre l'influence de l’Église à l'école | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Victor Hugo contre l'influence de l’Église à l'école

le par
le par - modifié le 02/01/2019
Photographie de Victor Hugo, écrivain et député, circa 1850 - source : Gallica-BnF
Photographie de Victor Hugo, écrivain et député, circa 1850 - source : Gallica-BnF

Imaginée par le Parti de l'Ordre en 1849, la loi Falloux prévoit de donner une part prépondérante à l’Église catholique dans le système éducatif. Le 15 janvier 1850, Victor Hugo, partisan de l'enseignement laïc, éreinte le projet dans un discours-fleuve à la Chambre.

Pendant tout le XIXe siècle, l'éducation est au cœur du débat politique. Une question polarise les discussions : quelles places doivent être respectivement laissées à l’État et à l’Église catholique dans l'enseignement ?

 

Le débat sur la « liberté d'enseignement » prend un tour particulièrement vif sous la IIe République et la présidence de Louis-Napoléon Bonaparte. C'est alors un catholique légitimiste appartenant au Parti de l'Ordre, le comte Alfred de Falloux, qui est ministre de l'Instruction publique. Le 18 juin 1849, celui-ci dépose un projet de loi portant son nom ayant pour but d'étendre la loi Guizot de 1833 sur l'instruction.

 

L'esprit du projet est résumé dans cette phrase de Falloux, extraite de ses Mémoires : « Dieu dans l’éducation, le pape à la tête de l’Église, l’Église à la tête des civilisations. » La loi prévoit ainsi de supprimer le monopole de l’État dans l'enseignement établi par Napoléon Ier en redonnant une grande place à l'enseignement confessionnel dans le primaire et dans le secondaire.

RetroNews c’est 400 titres de presse française publiés de 1631 à 1950, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Abonnez-vous à RetroNews et accédez à l’intégralité des contenus et fonctionnalités de recherche.

Newsletter

Dans le même temps, les évêques seraient membres de droit des conseils d'académie, et l'école serait placée sous la surveillance « morale » conjointe du maire et du curé. Un an après la révolution de 1848, il s'agit, pour les conservateurs alliés aux catholiques, de reprendre en main l'éducation des jeunes Français et de les « délivrer » de l'emprise des instituteurs républicains, supposés responsables de l'agitation révolutionnaire.

 

Mais tout le monde ne l'entend pas de cette...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Découvrez une sélection d'ouvrages édités au XIXe siècle et issus d'un catalogue de 13 000 epubs !
La Loi Falloux
Henry Michel
Achetez ce livre sur :
Victor Hugo jugé par son siècle
Tristan Legay
Achetez ce livre sur :
Victor Hugo
Camille Pelletan
Achetez ce livre sur :