Quand l’école était accusée de rendre les enfants malades | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Quand l’école était accusée de rendre les enfants malades

le par
le par - modifié le 30/12/2018
La rentrée des classes à l'école Simon Bolivar, Agence Mondial, 1932 - source : Gallica-BnF
La rentrée des classes à l'école Simon Bolivar, Agence Mondial, 1932 - source : Gallica-BnF

Après la Première Guerre mondiale, des voix s’élèvent pour protéger les enfants d’un environnement scolaire devenu « hostile ». La raison ? Le manque d’exercice physique et les conditions d’étude, jugées « insalubres ».

Dans les années 1920, la santé des écoliers devient un sujet de société. En effet, au lendemain de Première Guerre mondiale, tandis que la population française déplore de lourdes pertes humaines et que la situation démographique du pays est jugée inquiétante, le bien-être des enfants se met à occuper une place de choix par les préoccupations de l’opinion.

Mais alors même que les autorités françaises appellent à lutter contre la mortalité infantile et à protéger l’enfance, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer les mauvais traitements subis par les enfants au sein même du milieu scolaire.

RetroNews c’est 400 titres de presse française publiés de 1631 à 1950, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Abonnez-vous à RetroNews et accédez à l’intégralité des contenus et fonctionnalités de recherche.

Newsletter

L’école républicaine est accusée de contraindre les élèves à travailler dans une atmosphère insalubre, inadaptée à leurs besoins essentiels. De même, les nombreuses heures d’étude imposées seraient la cause d’un surmenage qui toucherait l’ensemble des écoliers.

Le journal Paris-Soir relaie ainsi les propos alarmistes du docteur Dufestel, qui affirme que 70% des écoliers parisiens sont chétifs et malingres. Ce docteur n’hésite d’ailleurs pas à comparer l’école à un « enfer à petites doses » :

« L’école, telle qu’on la réalise actuellement en France, est une grande absurdité. L’éleveur ne demande pas au jeune poulain l’effort qu’il exigera d’un cheval de cinq ans, et l’on demande à l’écolier plus d’heures de travail que la loi n’en impose à l’adulte. En aggravant ce surmenage par les mauvaises conditions d’hygiène dans l...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée