Les exécutions en place de Grève, ou la mort en spectacle | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Les exécutions en place de Grève, ou la mort en spectacle

le par
le par - modifié le 26/08/2018
« La maquerelle punie avec la vue de l'Hôtel de ville de Paris et la place de Grève », estampe, 1756 - source : Gallica-BnF

Pendant cinq siècles, l'actuelle place de l'Hôtel de Ville de Paris abrita des exécutions publiques. Ravaillac, Robert-François Damiens et des centaines d'autres condamnés y furent suppliciés, brûlés, roués vifs, pendus ou décapités devant une foule nombreuse.

La place de Grève à Paris (aujourd'hui place de l'Hôtel de Ville) a longtemps eu mauvaise réputation. Et pour cause : elle fut pendant plus de cinq siècles un des lieux privilégiés par la justice pour y procéder aux exécutions publiques.

 

C'est en 1310 qu'eut lieu la première de ces mises à mort, celle d'une hérétique, Marguerite Porette, brûlée vive sur la place. Jeanne Daubenton, de la secte des Turlupins, subit le même sort en 1372, tout comme la « sorcière » Catherine Deshayes en 1680. En 1721, le fameux bandit Cartouche y fut roué vif.

 

La nature du châtiment était décidée en fonction du rang et du crime du condamné : les roturiers étaient pendus, les gentilshommes décapités à la hache ou à l'épée, les hérétiques brûlés. Quant aux régicides, ils encouraient le supplice de l'écartèlement.

 

Le condamné le plus célèbre de la place de Grève fut d'ailleurs Ravaillac, l'assassin d'Henri IV, écartelé en 1610. Un supplice également subi en 1757 par Robert-François Damiens, qui avait tenté de poignarder Louis XV. La Gazette du 2 avril 1757 raconte en détail son exécution, particulièrement atroce :

« La Cour ordonna que ce détestable assassin […] serait conduit dans un tombereau, nu en chemise […] à la Place de Grève ; que, sur un échafaud, il y serait tenaillé aux mamelles, aux bras, aux cuisses, et aux gras de jambes, tenant de la main droite le couteau dont il a commis son affreux parricide ; qu'on lui b...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Siècle des Lumières (1715-1789)

Sur le même sujet