Juillet 1793 : le procès et l'exécution de Charlotte Corday | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Juillet 1793 : le procès et l'exécution de Charlotte Corday

le par
le par - modifié le 30/01/2019
« L'assassinat de Marat », peinture de Jean-Joseph Weerts, 1880 - source : WikiCommons
« L'assassinat de Marat », peinture de Jean-Joseph Weerts, 1880 - source : WikiCommons

Le 13 juillet 1793, Charlotte Corday, 24 ans, assassine Marat dans son bain. Expliquant lors de son procès avoir voulu « sauver son pays », elle sera guillotinée quatre jours plus tard, devenant une figure célèbre de la période révolutionnaire.

Charlotte Corday : hier inconnu, ce nom est sur toutes les lèvres en ce 16 juillet 1793. C'est ce jour-là que la jeune femme, de son vrai nom Marie-Anne Charlotte de Corday d'Amont, va être jugée par le tribunal révolutionnaire pour avoir, trois jours auparavant, assassiné à Paris le député montagnard Jean-Paul Marat, directeur du journal républicain L'Ami du peuple.

 

Le Mercure Universel du 19 juillet raconte comment cette femme de 24 ans, issue d'une famille normande noble et sans fortune, est parvenue à se faire introduire chez Marat. Lequel, souffrant, l'a reçue dans sa baignoire, où Corday l'a tué avec un couteau de cuisine.

« Tribunal Criminel extraordinaire du 17 juillet

 

Charlotte Corday a comparu aujourd’hui devant le tribunal révolutionnaire [...]. Ladite Corday a tiré de son sein le couteau qu'elle avait acheté le matin au palais de l’Égalité, et aussitôt en a porté un coup à Marat ; lequel coup a pénétré sous la clavicule droite du cou, entre les premières et secondes vraies côtes ; et cela si profondément, que l'index a pu facilement pénétrer de toute sa longueur, à travers le poumon blessé, du quel coup le représentant du peuple est mort presqu'à l'instant. »

RetroNews c’est 400 titres de presse française publiés de 1631 à 1945, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Profitez de 15 jours d'essai gratuit,
dès maintenant en créant votre compte.

Newsletter

Maîtrisée par la compagne de Marat et par les gens de maison, puis aussitôt arrêtée, Charlotte Corday est emprisonnée à la Conciergerie. Lorsqu'elle comparaît, le 16 juillet, elle fait face au président du tribunal, Jacques Bernard Marie Montané, et à Fouquier-Tinville, qui tient la place d'accusateur public.

 

La jeune femme ayant confessé son crime, il va s'agir de déterminer pourquoi elle l'a commis, et surtout si elle a agi seule ou sur ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Découvrez une sélection d'ouvrages édités au XIXe siècle et issus d'un catalogue de 13 000 epubs !
Charlotte Corday et la mort de Marat
Eugène Defrance
Achetez ce livre sur :
Marat inconnu
Augustin Cabanès
Achetez ce livre sur :

Sur le même sujet