Quand Mussolini voulait faire croire à la mort de la Mafia | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Quand Mussolini voulait faire croire à la mort de la Mafia

le par
le par - modifié le 28/05/2018
Benito Mussolini, dit le « Duce », posant à cheval en 1923, Agence Rol - source : Gallica-BnF

À partir de 1926, le Duce se met en tête d’éradiquer l’organisation criminelle sicilienne. La presse relaie cette guerre d’ego menée par le régime fasciste.

« La Mafia est bien morte ! », titre Le Petit Marseillais du 17 août 1926 au sujet de la célèbre Cosa Nostra. Près d’un siècle plus tard, la naïveté d’une telle annonce pourrait prêter à rire, tant l’influence de la pieuvre sicilienne a continué à croître depuis, profitant de la mondialisation pour étendre ses activités bien au-delà de la péninsule italienne.

À l’époque pourtant, la mise en faillite – certes, partielle – de la Mafia par le régime de Benito Mussolini est pourtant bien réelle. La grande inimitié entre le dictateur fasciste et l’organisation criminelle sicilienne naît deux ans plus tôt, en mai 1924.

La légende raconte que le « Duce », en visite à Piana dei Greci, aurait été vexé par une remarque de Francesco Cuccia, qui cumule alors deux mandats (pas forcément incompatibles) : maire de la ville, et patron de la Mafia locale. Ce dernier aurait soufflé à Mussolini : « Pourquoi cette escorte policière ? Ici tu es avec moi, sous ma protection », protection que le chef d’État aurait refusée, vexé de voir son autorité remise en doute.

Quelques jours plus tard, Mussolini prononce un discours à ce sujet à Palerme, rapporté le 7 mai 1924 par Le Siècle :

« Il a déclaré que son voyage est surtout un pèlerinage d'amour et de reconnaissance. Il l'effectue, a-t-il dit, pour mieux connaître personnellement le problème de la Sicile, et qu'il veut absolument résoudre.

“Lorsque la liberté n'est pas sauvegardée par l'ordre, a-t-il ajouté, elle devient la licence. On ne peut diriger une nation sans avoir un poignet d’acier”. »

Derrière les titres triomphants des journaux du monde entier, la politique de répression sévère mise en place par Mussolini est efficace et fait reculer la Mafia, au p...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)