1892 : le patron des usines Schneider parle de ses ouvriers et du socialisme | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

1892 : le patron des usines Schneider parle de ses ouvriers et du socialisme

le par
le par - modifié le 12/02/2019
Les usines Schneider au Creusot, gravure, XIXe siècle - source : WikiCommons
Les usines Schneider au Creusot, gravure, XIXe siècle - source : WikiCommons

Capitalisme, socialisme, inégalités... En août 1892, le puissant Henri Schneider, patron des usines du Creusot et adepte du paternalisme industriel, répond sans détour aux questions de Jules Huret qui l'interroge pour Le Figaro.

Ce 6 août 1892, Le Figaro, journal à tendance conservatrice, propose à ses lecteurs l'interview d'un des industriels les plus puissants de l'époque : celle d'Henri Schneider, 51 ans, maître des aciéries et des forges du Creusot en Saône-et-Loire, large bastion ouvrier à l'origine d'un grand soulèvement social vingt ans plus tôt.

 

Héritier de l'entreprise familiale Schneider et Cie, l'homme règne sans partage sur sa ville natale et sur le destin des quelque 16 000 ouvriers qui y travaillent. À la tête d'une industrie florissante tournée vers l'armement, les chemins de fer et la construction navale, Henri Schneider est aussi maire du Creusot, conseiller général et député de Saône-et-Loire.

RetroNews c’est 400 titres de presse française publi...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Établissements de MM. Schneider et Cie
Collectif
Achetez ce livre sur :
Les Établissements Schneider : Matériels d'artillerie et bateaux de guerre
Collectif
Achetez ce livre sur :
Produits et fabrications
Collectif
Achetez ce livre sur :
Les rois de la métallurgie : Schneider et le Creusot
J. Poirey-Clément
Achetez ce livre sur :