1789 : le décret qui nationalisa les biens de l’Église | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

1789 : le décret qui nationalisa les biens de l’Église

le par
le par - modifié le 09/02/2019
Pièce satyrique contre le prince Talleyrand ; 1815 - source Gallica BnF

Sur proposition de Talleyrand, les biens du clergé sont nationalisés par l'Assemblée Constituante le 2 novembre 1789.

Automne 1789. Les finances de la France sont au plus bas. Pendant toute l'année, l'affaiblissement du pouvoir central et les nombreuses incertitudes politiques qui ont plané sur le pays ont fait empirer la situation. Il faut trouver une solution pour rembourser les dettes.

 

Talleyrand (1754-1838), alors évêque d'Autun et député de la Constituante, fait une proposition radicale, à laquelle tous les courants révolutionnaires sont favorables : la nationalisation des biens de l’Église. Ceux-ci sont essentiellement constitués de domaines agricoles et d'immeubles, qui proviennent en grande partie de dons destinés à permettre au clergé d'assurer des tâches sociales et éducatives. 

 

Le 10 octobre, il dépose une motion auprès de l'Assemblée. La Gazette nationale retranscrit son discours :

 

« Le clergé n’est pas propriétaire à l’instar des autres propriétaires. La Nation jouissant d’un droit très étendu su...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Siècle des Lumières (1715-1789)