1787 : aux sources de la crainte des « Illuminati » | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

1787 : aux sources de la crainte des « Illuminati »

le par
le par - modifié le 13/02/2019
Insigne original de la société secrète des Illuminés de Bavière, à l'effigie de la chouette de Minerve, 1788 - source : WikiCommons

Les fantasmes sur les sociétés secrètes n’ont pas attendu le XXIe siècle pour irriguer la presse française. Les Illuminés de Bavière ont ainsi inspiré des thèses particulièrement échevelées.

Les Illuminés de Bavière est le nom d’une société secrète fondée en 1776 par le professeur de droit Adam Weishaupt à Ingolstadt, dans le royaume de Bavière. Partout en Europe, la secte suscite une sidération peu commune au moment de son interdiction, au terme de quelque dix années d’activité. L’organe de presse du Royaume de France, La Gazette, relaie dès 1787 l’inflexible répression contre ses membres.

« On continue, dans la Bavière, les poursuites les plus rigoureuses contre les associations des Illuminés.

Un ordre de l’Électeur, en date du 16 août, porte : que les enrôleurs pour ces associations seront poursuivis criminellement & punis de mort, sans distinction de personnes & de conditions ; les enrôlés perdront leurs biens & seront chassés des États de l’Électeur. »

En pleine Révolution française, en 1791, Le Moniteur universel persévère : le ver serait toujours dans le fruit bavarois. Des rumeurs bruissent sur la survie des Illuminés et de leur idéologie, sur leurs liens supposés avec la franc-maçonnerie, et pire encore, sur l’influence de leur pensée apocalyptique sur le cours de la Révolution elle-même.

En 1798, Le Moniteur universel traduit un article exalté, aux sources obscures, tiré d’un journal anglais s’employant à disséquer l’effrayant « projet » des Illuminés.

« Dans le printemps de l’année 1776, il se forma à Ingolstadt, ville de Bavière célèbre par son université, une société qui dans ses commencements n’était composée que de quelques professeurs de collèges et d’étudiants, et semblait être une imitation de l’ordre des francs-maçons, dont il y a plusieurs associations dans d’autres académies d’Allemagne.

Le fondateur d...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Siècle des Lumières (1715-1789)