La lutte très isolée des premiers combattants « anti-tabac » | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

La lutte très isolée des premiers combattants « anti-tabac »

le par
le par - modifié le 14/09/2018
Jeune fumeur hollandais, agence Rol, 1920 - source Gallica BnF

À la fin du XIXe siècle, la presse tourne en ridicule les militants de la première association « anti-tabac ». Les journalistes clament alors haut et fort le droit des fumeurs à fumer.

Les débuts de la guerre contre le tabac furent difficiles. C'est à la fin du XIXe siècle qu'apparaît en France, pour la première fois, une Société contre l'abus du tabac. Née en 1868 et formée de membres venus d'horizons divers (médecine, éducation, journalisme, justice), elle entend lutter contre le tabagisme qui se répand alors grâce à l'apparition des cigarettes manufacturées.

Si la nocivité du tabac pour la santé n'est pas encore médicalement prouvée, la Société considère déjà le tabagisme comme une gêne et une nuisance, notamment à cause de la fumée.

Chaque mois, elle publie un bulletin d'information dont l'en-tête est une citation de Balzac : « Le tabac détruit le corps, attaque l'intelligence et hébète les nations » [lire sur Gallica]. Voici ce qu'elle écrit pour résumer les raisons de sa lutte :

« L'usage du tabac a pris, de nos jours, un développement extraordinaire ; cependant, au point de vue de l'hygiène et de la morale, ses effets sont désastreux : il altère la santé, déprime l'intelligence et abaisse le niveau moral. Cette habitude menace d'assujettir le monde entier à son empire tyrannique. »

Très vite, ce combat, jugé farfelu...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Découvrez une sélection d'ouvrages édités au XIXe siècle et issus d'un catalogue de 13 000 epubs !
La Physiologie du fumeur
T. Burette et A.-J. Lorentz
Achetez ce livre sur :
Physiologie du tabac
Gilbert Montain
Achetez ce livre sur :

Sur le même sujet