Madeleine Brès, première femme médecin en France | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Madeleine Brès, première femme médecin en France

le par
le par - modifié le 09/02/2019
Madeleine Brès (1842-1925), doyenne des femmes médecins de France - source : Université Paris-Descartes-Gallica-BnF

En 1875, Madeleine Brès soutient sa thèse à la Faculté de médecine de Paris. Spécialisée dans les soins à la femme et à l’enfant, elle est la première femme pédiatre possédant son cabinet à Paris.

Un événement remarquable ! « La femme médecin : arrêtez ces trois simples mots par un point d’interrogation, par deux, par dix points d'exclamation », s’enthousiasme Le XIXe siècle, conscient des réticences sociales que la nouvelle d’une thèse médicale soutenue par une femme peut entraîner en cette année 1875.

« Rappelez-vous tout ce qu'un bon bourgeois dans sa maison, comme dit la chanson, peut agglomérer de raisons contre l'impertinente prétention qu'une femme peut avoir d'échapper à la dépendance de l'homme, et vous comprendrez comment la publication d'une thèse de médecine, soutenue devant la Faculté de médecine par une femme que ni l'administration, ni l'École n'ont dispensée (et avec raison) ni d'une formalité ni d'un examen, qui a disséqué, travaillé, veillé, appris à observer comme nous tous, qui pendant huit ans, à l'École, à l'amphithéâtre, dans les hôpitaux, a pris sa part des fatigues, des déboires, des répugnances et des dangers des études médicales, vous comprendrez comment la publication de la thèse qui marque l'achèvement de ses sévères études, peut être regardée comme un événement remarquable. »

Cette femme, c’est Madeleine Brès, élève des hôpitaux de Paris, qui vient de soutenir sa thèse intitulée « De la mamelle et de l’allaitement ». Grâce à la victoire de Julie-Victoire Daubié qui ouvre les portes du baccalauréat aux femmes [voir notre article], cette femme issue du milieu ouvrier a obtenu son diplôme en 1869. Bachelière et mère de trois enfants, il lui a cependant fallu le consentement de son mari (le...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet