« Le crime d'être vieux » ou la misère des retraités dans les années 1930 | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

« Le crime d'être vieux » ou la misère des retraités dans les années 1930

le par
le par - modifié le 05/10/2018
Un homme âgé sur une berge de Paris, Regards, 3 juin 1937 - source : RetroNews-BnF
Un homme âgé sur une berge de Paris, Regards, 3 juin 1937 - source : RetroNews-BnF

En 1937, tandis que le système des retraites accordées à certains travailleurs âgés s'avère totalement inopérant, le magazine Regards tire la sonnette d'alarme : continuera-t-on à laisser en France « les vieux » mourir de faim ?

En 1937, le magazine Regards dresse un terrible constat

« Des vieux honteux et désespérés de vieillir ;

des vieux chassés de leur emploi, sans le plus petit égard, uniquement parce que vieux ;

des vieux réduits bon gré mal gré à la mendicité, puisque l'aide qu'ils reçoivent leur est donnée au titre de la bienfaisance, ce qui transforme le moindre employé de mairie en bienfaiteur;  

des vieux, enfin, parqués dans des asiles, tels des malades ou des fous, retirés de la circulation comme la Monnaie retire les sous usés à force d'avoir servi. »

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le droit à la retraite est en effet encore loin d'être effectif en France et le vote de la « retraite des vieux », comme on le dit alors, est sans cesse repoussé.

Certes, un premier système de retraite pour travailleurs âgés basé sur le principe de la capitalisa...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)

Sur le même sujet