« Combats contre la mort » : dans le quotidien des toxicomanes de 1934 | Retronews - Le site de presse de la BnF
Toxicomane s'injectant de l'héroïne, photo parue dans Paris-Soir, 1934 - source : RetroNews-BnF
Long Format

« Combats contre la mort » : dans le quotidien des toxicomanes de 1934

le par - modifié le 19/02/2019

Au début des années trente, le grand reporter Alexis Denan dessine aux lecteurs de Paris-Soir les portraits de plusieurs drogués de la capitale, fumeurs d’opium de longue date ou jeunes adeptes de « poudre blanche ».

Fin 1934, année à l’actualité chargée, le grand reporter Alexis Danan présente dans Paris-Soir une vaste enquête sur l’univers de la toxicomanie en France. Cet émule d’Albert Londres, collaborateur au grand quotidien du soir depuis 1926, est réputé pour ses reportages « coups de poing », notamment sur l’enfance délinquante, ou les colonies pénitentiaires pour mineurs. Ils lui ont valu une réputation de « faiseur d’opinion » et une légion d’honneur – refusée avec panache.

La drogue n’est pas exactement son terrain d’élection, mais le thème est, depuis la fin du XIXe siècle, objet de nombreux articles à sensation dans la grande presse. Aux commandes de Paris-Soir depuis 1931, réputé pour ses choix éditoriaux iconoclastes et audacieux, Jean Prouvost n’hésite pas à exploiter ce filon aussi fascinant que sulfureux.

RetroNews c’est 400 titres de presse française publiés de 1631 à 1950, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Abonnez-vous à RetroNews et accédez à l’intégralité des contenus et fonctionnalités de recherche.

Newsletter

Presque vingt ans plus tôt, la loi de 1916 créait le tableau des « stupéfiants » (haschich, cocaïne, opium et leurs dérivés) et pénalisait leur commerce extra-médical, ainsi que « l’usage en société », mais pas l’usage simple. À la fascination déjà ancienne pour l’exotisme de la fumerie d’opium ou les ravages mondains de la morphine et de la « coco » s’ajoute désormais une dimension plus crapuleuse, digne du romans policiers – fondé en 1928, le magazine Détective n’est pas le dernier à s’aventurer dans les « bas fonds de la drogue ».

Mais c’est, cette fois, l’univers d’une luxueuse maison de santé de la région parisienne spécialisée dans les cures de désintoxication que Danan a choisi d’explorer, sur les pas de l’écrivain Pierre Drieu la Rochelle qui, dans son roman Le Feu follet, publié en 1931, narrait, sous couvert de fiction, les dernier...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Opium à Paris
Delphi Fabrice
Achetez ce livre sur :
Souvenirs autobiographiques du mangeur d'opium
Thomas De Quincey
Achetez ce livre sur :
Les morphinomanes et les fumeurs d'opium
Fauconney
Achetez ce livre sur :
Les possédés de la morphine
Maurice Talmeyr
Achetez ce livre sur :