Meurtre d'un huissier, ou l’affaire de la « malle à Gouffé » | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Meurtre d'un huissier, ou l’affaire de la « malle à Gouffé »

le par
le par - modifié le 28/05/2018
Une du Petit Parisien-Supplément littéraire illustré consacrée à « l'Affaire Gouffé », 15 décembre 1889 - source : RetroNews-BnF

En 1889, l'assassinat du célèbre huissier de justice Toussaint Gouffé, dont le cadavre a été retrouvé dans une malle, donne lieu à l’une des premières réussites de la police scientifique.

Au cœur de l’été 1889, débute une affaire rocambolesque qui connaîtra pendant un an de multiples rebondissements dont la presse française de la fin du XIXe siècle se fera largement l'écho.

Le 26 juillet, Toussaint Gouffé, un huissier de justice bien connu à Paris, disparaît. Deux semaines plus tard, un cantonnier découvre par hasard à la sortie d’un village du Rhône le cadavre d’un homme dont on s’est débarrassé avec la malle en bois qui a servi à le transporter par le train Paris-Lyon. 

Le mystère est d’abord entier, et la malle au centre de toutes les attentions. D’où vient-elle ? Qui en était le propriétaire ? L'enquête commence. Le XIXe siècle rapporte ainsi en septembre 1889 :

« Cette malle, qui était défoncée quand les gendarmes l'ont retrouvée, a été habilement reconstituée, puis photographiée.

C'est une de ces photographies coloriées qui a été mise sous les yeux du directeur du bazar du Voyage, lequel a déclaré n'avoir jamais eu en magasin de malles de cette dimension et de cette nature.

La photographie [...] a été ensuite présentée à un layetier-emballeur de la rue Molière, qui a affirmé que cet objet était de fabrication allemande.

L'emballeur a déclaré qu'il se faisait fort de désigner le fabricant allemand après avoir examiné les débris mêmes de la malle, car les maisons d'outre-Rhin qui se livrent à cette fabrication ont chacune une manière de faire qui permet de les reconnaître aisément.

Mais le mystère continue quant à l'identité de la victime. »

Deux mois plus tard, le même journal donne les avancées de l'enquête : 

« Le fabricant a été retrouvé. On sait même que la malle a été expédiée le lendemain de la disparition de Gouffé et qu'elle a été enregistrée à Paris, à destination de Lyon-Perrache, seize heures exactement après la disparition de l'huissier de la rue Montmartre. Elle pesait 105 kilos. S'il n'y a...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée