Le scandale du « Balzac » de Rodin | Retronews - Le site de presse de la BnF
Long Format

Le scandale du « Balzac » de Rodin

le par - modifié le 05/06/2018

Alors que l’opinion publique est profondément divisée par l’affaire Dreyfus et ses rebondissements, l’affaire de la statue de Balzac par Rodin vient renforcer un peu plus les antagonismes. Simple querelle esthétique ou nouvelle forme d’un conflit politique, cette statue va susciter de nombreuses polémiques dans lesquelles certains dreyfusards et antidreyfusards tiennent les premiers rôles. Ce feuilleton passionné et passionnant qui débute en 1891 ne prend fin qu’en 1939.

Une commande de la Société des gens de lettres

En 1851, Alexandre Dumas père a l’idée de commander une statue d’Honoré de Balzac afin d’honorer la mémoire de l’écrivain, décédé en mai 1850. Inabouti, le projet n’est relancé qu’en 1885 par le président de la Société des gens de lettres, Émile Zola. Une commande est alors passée auprès du sculpteur Henri Chapu. Mais ce dernier mourant en 1891, il faut lui trouver un remplaçant. Le journal Ce Soir retranscrit la lettre qu’Émile Zola a envoyée à Frantz Jourdain dans laquelle il l’invite à persuader Auguste Rodin d’accepter la commande d’une statue d’« au moins quatre mètres, sans compter le piédestal » (Ce Soir, 2 juillet 1939). Le 6 juillet 1891, Auguste Rodin accepte avec enthousiasme.

« Auguste Rodin, sculpteur auguste », Le Rire, 4 juin 1898 - source : Gallica-BnF Toto

En mai 1893, une commission chargée de vérifier l’état des travaux revient, consternée, de sa visite de l’atelier de l’artiste. L’œuvre étant inachevée, le retard est avéré. C’est l’origine du premier conflit entre l’artiste et la Société des gens de lettres (Ce Soir, 2 juillet 1939). Zola, défendant son choix de Rodin, lui obtient un délai supplémentaire de deux ans mais son mandat à la tête de la Société des gens de lettres arrivant à son terme, il cède sa place et le dossier au poète provençal Jean Aicard.

Rodin fait d’abondantes recherches iconographiques, notamment en consultant les nombreuses caricatures du Charivari. Il réalise quinze maquettes de têtes et plus de cinquante études dont une, en 1896, où il représente Balzac nu, sans tête, tenant son sexe en érection en main. Finalement, Rodin fait le choix de représenter l’auteur dans sa robe de moine dominicain qu’il revêtait pour écrire.

Auguste Rodin, « Statue de Balzac », L'Art et le Beau, décembre 1906 - source : Gallica-BnF

Auguste Rodin (1840-1917)

 

Sculpteur français, Auguste Rodin est considéré comme l’un des pères de la sculpture moderne. Le réalisme de ses œuvres marque, à de nombreuses reprises, l’opinion publique et suscite de nombreuses polémiques en raison de la sensualité et de l’érotisme de certaine...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet