L'énigme de Saint-Leu en 1830 | Retronews - Le site de presse de la BnF
Long Format

L'énigme de Saint-Leu en 1830

le par - modifié le 22/08/2018

Le 27 août 1830, à 8 h du matin, Lecomte, valet de chambre du duc de Bourbon-Condé, s’inquiète. Voilà plusieurs fois qu’il frappe à la porte de son maître, mais aucune réponse. Secondé par les valets et le médecin du prince, il défonce la porte et découvre le cadavre de son maître.

 

Une mort mystérieuse

Au petit matin du 27 août 1830, le valet de chambre découvre le corps de son maître, pendu à l’espagnolette de la fenêtre mais les pieds touchant le sol. Il s’agit d’Henri Joseph de Bourbon-Condé, parent du nouveau roi Louis-Philippe Ier et considéré comme une des plus grandes fortunes du royaume. Très rapidement, des soupçons se portent sur Sophie Dawes, maîtresse du prince de Condé. Selon la thèse la plus probable, le prince avait recours à la strangulation comme stimulant sexuel. C’est lors d’une séance avec sa maîtresse, la baronne de Feuchères, qu’il aurait trouvé la mort.

Personnage controversé, Sophie Dawes a fait la connaissance du prince de Condé lors de l’exil de ce dernier en Angleterre en 1810. Rentré en France et toujours épris de la jeune anglaise, le prince la marie avec son aide-de-camp pour lequel il obtient le titre de baron de Feuchères. Sa séparation, en 1824, l’oblige à ne plus paraître à la Cour, situation qu’elle tente de modifier en se rapprochant de la maison d’Orléans, qui y trouve un intérêt.

Armand Fouquier ; Causes célè...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Monarchie de Juillet (1830-1848)

Sur le même sujet