Reportages photo dans les quartiers populaires parisiens des années 1930 | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

Reportages photo dans les quartiers populaires parisiens des années 1930

le par
le par - modifié le 04/10/2018
Une de Regards, reportage consacré au 10e arrondissement, 11 février 1937 - source : RetroNews-BnF
Une de Regards, reportage consacré au 10e arrondissement, 11 février 1937 - source : RetroNews-BnF

Dans les années 1930, la revue photographique Regards consacre plusieurs reportages aux petites gens de Paris : clochards de la Seine, « féodaux » des Halles, habitants de Belleville, ou encore gamins de Montmartre et de « Ménil'muche ».

Parmi les toutes premières revues à livrer de longs reportages en photos, Regards, d'inspiration communiste, s'est très souvent intéressée à la capitale. Et en particulier à ses recoins inaperçus, loin des clichés touristiques. Pour la première fois dans la presse française, le magazine va ainsi photographier abondamment le petit peuple de Paris.

 

Le 2 février 1934, le journaliste et écrivain soviétique Ilya Ehrenbourg raconte dans Regards « son » Paris. Il décrit avec poésie les abords de la Seine et l'ambiance si particulière de ce refuge un peu en-dessous de la ville :

« Tout commence par les escaliers ; sur les marches dorment des miséreux. Ils dorment sur les pierres comme sur du duvet. Ils dorment aussi sur la berge. Ce qu'ils aiment surtout, c'est à s'introduire sous les ponts. En été, il y fait frais et on peut s'y abriter pendant la pluie. Dans le noir, des ombres s'affairent ; les unes aiment le pont d'Auteuil, d'autres le pont Alexandre III [...]. Sous les ponts vivent ceux qui n'ont plus la force de passer d'une rive à l'autre.

 

Sur les berges se tiennent des pêcheurs. Ce sont les amants les plus éhontés de la Seine [...]. Tout près des pêcheurs s'affairent des gens qui n'ont pas encore atteint la sagesse. Un tondeur de chiens tond un caniche. Un vagabond lave un pantalon déchiré. Deux commères sont venues par là pour profiter de la fraîcheur. Elles ne ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)

Sur le même sujet