Le krach boursier et la crise de 1929 | Retronews - Le site de presse de la BnF
Long Format

Le krach boursier et la crise de 1929

le par - modifié le 12/04/2018

Le krach boursier de Wall Street le 24 octobre 1929 marque l’éclatement d’une bulle spéculative boursière : c’est le déclencheur d’une période de crise financière et économique qui plonge le monde dans une dépression durable durant toutes les années 1930. Toutefois la France n’est touchée qu’à partir de 1931.

 

Le krach boursier de Wall Street : "le jeudi noir"

Au sortir de la Première Guerre mondiale, les États-Unis, devenus créanciers de l’Europe, profitent d’une période de prospérité et s’imposent comme la première puissance économique mondiale. Cependant, les signes d’un essoufflement économique se multiplient : baisse des prix agricoles, ralentissement du secteur automobile, jusque-là moteur de la croissance économique. Les marchés financiers deviennent plus instables en septembre-octobre 1929 après plus de 18 mois de hausse continue. Nul pourtant n’imagine une « crise violente » aux États-Unis, à l’instar de Paul Reynaud qui, au cours d'un entretien paru dans Le Temps, se veut plutôt optimiste sur la situation économique mondiale malgré la surchauffe de l’économie américaine (15 octobre 1929).

Pourtant, le 21 octobre, plus de 6 millions de titres sont vendus à la bourse de New York provoquant une baisse brutale des cours qui incite ceux qui sont encore détenteurs d’actions à vendre les leurs pour limiter leurs pertes, ce qui aggrave la chute des actions les jours suivants. Les quotidiens français se contentent souvent d’entrefilets dans les rubriques financières pour évoquer cette situation.

Portrait de Paul Reynaud, Mondial Photo-Presse, 1933 - source : Gallica-BnF

La panique devient générale le 24 octobre 1929 avec plus de 13 millions de titres mis en vente sans trouver preneur et provoque le krach boursier de Wall Street. Cette journée est restée dans les mémoires comme le "Black Thursday". Les actions perdent plus de la moitié de leur valeur en un mois. La presse française prend conscience de l’importance du krach boursier à partir du 26 octobre et de son caractère inédit. Mais l'événement n'est pas jugé suffisament marquant pour éclipser le récit de vie politique française, notamment pour Paris-Soir qui évoque le peu d'impact du krach sur l'économie européenne. 

«Le «krach» de Wall Street n'a nullement impressionné les places de Londres et de...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)