David de Mayréna, l'aventurier français qui s’autoproclama « roi des Sedangs » | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

David de Mayréna, l'aventurier français qui s’autoproclama « roi des Sedangs »

le par
le par - modifié le 13/02/2019
Charles-Marie David de Mayréna, 1885 - source : Gallica-BnF
Charles-Marie David de Mayréna, 1885 - source : Gallica-BnF

En 1888, l'aventurier David de Mayréna se fit élire roi des Sedangs, en Indochine, sous le nom de Marie Ier. Ne parvenant pas à faire reconnaître son « royaume » par la France, il mourut seul sur une île malaise deux ans plus tard.

Son histoire semble tout droit sortie d'un roman de Conrad ou de la nouvelle de Kipling L'Homme qui voulut être roi. Comment Marie-Charles David de Mayréna (1842-1890), dit David de Mayréna, parvint-il à devenir en 1888 roi des Sedangs, dans l'actuel Vietnam, sous le nom de Marie Ier ?

 

Séducteur, escroc, journaliste, ex-officier d'un régiment de spahis et homme d'affaires douteux, cet habitué des Grands Boulevards n'est pas tout à fait un inconnu lorsqu'il se lance dans l'expédition qui couronnera sa carrière d'aventurier.

 

RetroNews c’est 400 titres de presse française publiés de 1631 à 1945, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Profitez de 15 jours d'essai gratuit,
dès maintenant en créant votre compte.

Newsletter

Né à Toulon, l'ancien militaire, qui servit en Cochinchine de 1863 à 1868, s'est d'abord fait une réputation de duelliste, ce qui lui valut les honneurs de la presse. En 1880, Gil-Blas fait par exemple son portrait dans sa rubrique « Les hommes d'épées » : « D'une taille très au-dessus de la moyenne, Mayréna, dont la figure est un peu noircie par le hâle, est un homme des plus sympathiques ».

 

Neuf ans plus tôt, en 1871, Mayréna avait aussi publié ses Souvenirs de Cochinchine (à lire sur Gallica), récit très romancé de ses années asiatiques.

 

L'Asie : c'est là qu'il retourne en 1885, ayant obtenu des fonds du baron Seillière pour mener une expédition scientifique en Indonésie. Mais ce bonimenteur a un autre projet, bien plus grandiose. Désormais installé à Saïgon, il veut s'introduire dans les hauts plateaux du pays Moï, en Indochine française, pour y fédérer les peuples insoumis qui s'y livrent à des guerres incessantes. La région est alors convoitée par l'Angleterre, l'Allemagne et le Siam.

 

En 1888, mandé secrètement par le gouverneur général d'Indochine et à la tête d'une petite armée, il s'élance dans ces montagnes où aucun Français n'ose se risquer et où vivent des peuples animistes, vivant de la chasse. En six mois, son audace et son bagout lui gagnent les faveurs des différentes tribus de la région, qu'il parvient à regrouper.

 

Mayréna, qui porte une cotte de mailles sous son...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Découvrez une sélection d'ouvrages édités au XIXe siècle et issus d'un catalogue de 13 000 epubs !
Souvenirs de la Cochinchine
Charles David de Mayréna
Achetez ce livre sur :