« Quatre mois parmi nos noirs d’Afrique » par Albert Londres en 1928 | Retronews - Le site de presse de la BnF
Long Format

« Quatre mois parmi nos noirs d’Afrique » par Albert Londres en 1928

le par - modifié le 13/07/2018

L’occasion pour le célèbre journaliste de dénoncer les abus du système colonial.

Un reportage dans l’air du temps

Dans les années 20, les années folles, Paris connaît la vogue « nègre ». L’Afrique fait rêver, l’exotisme séduit. La Croisière noire Citroën en 1924-1925 suscite les passions. C’est dans ce contexte que parait en 1927 Voyage au Congo, le journal de voyage d’André Gide et qui dénonce les exactions autour de la construction de la voie ferrée Congo-Océan. Ce témoignage accablant entraîne un scandale politique qui déchire les parlementaires. Le sujet passionne et à ce moment-là Albert Londres fait la une.

En 1927 il est à l’origine d’un scoop : il vient de retrouver en Amérique du Sud Dieudonné, un anarchiste proche de la Bande à Bonnot, en fuite et recherché de tous. Convaincu de son innocence, il le ramène à Paris. Cette aventure qui fait la une du Petit Parisien entraîne une forte hausse du tirage pour le journal. Albert Londres est alors un journaliste à succès.

Vue du Congo à 5 km en aval de Brazzaville et avant les rapides...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)

Sur le même sujet