La première exécution sur une chaise électrique | Retronews - Le site de presse de la BnF
Écho de presse

La première exécution sur une chaise électrique

le par
le par - modifié le 24/06/2018
Un homme assis sur une chaise électrique, 1908, source : New York Public Library-WikiCommons

En 1890, un nouveau mode d’exécution est choisi pour remplacer la pendaison, jugée inhumaine : la chaise électrique. Le premier condamné à subir cette peine s’appelle William Kemmler.

Le 6 août 1890 à 4h du matin, dans la prison de New York, on réveille William Kemmler qui s’habille et déjeune tranquillement. Lorsque le médecin de la prison et l’aumônier entrent dans sa cellule, il leur dit : « Vous venez me faire vos adieux. Je suis prêt, et j’espère que Dieu me recevra auprès de lui. »

Condamné à mort pour le meurtre de sa compagne, William Kemmler, 39 ans, est le premier homme à subir la peine capitale par électrocution.

Cette nouvelle méthode de mise à mort a été votée – non sans débats – le 1er janvier 1889 par la législature de New York, après que des spécialistes ont démontré le caractère inhumain de la pendaison – où certains exécutés agonisaient pendant une trentaine de minutes.

La commission parlementaire chargée d’examiner par quel mode d’exécution on pourrait remplacer la pendaison s’était arrêtée à l’exécution par l’électricité. Mais les débats entre « spécialistes » ont été houleux.

D’un côté Harold Brown, l’inventeur de l’ « appareil », soutenu – entre autres – par l'inventeur Thomas Edison.

« L’électricien Harold Brown, l’inventeur de l’appareil qui devait servir à l’exécution, soutenait, avec Edison, le docteur F. Petersen et d’autres spécialistes l’infaillibilité du courant alternatif d’électricité, comme instrument de mort immédiate et sans douleur.

Et ils s’efforçaient de prouver leur dire, en faisant des expériences sur des chevaux, des veaux, des chiens dont la plupart succombaient, effectivement, à un choc de sept cent volts. »

De l’autre, des ingénieurs qui affirment que la méthode est trop aléatoire.

« Dans le camp opposé, d’éminents électriciens, le docteur Franklin Pope, John Noble, directeur de la Compagnie Westinghouse, le professeur Alexander Mac Adie soutenaient qu’on n’est jamais certain d'infliger la mort à un individu par un choc électrique d’une intensité déterminée, tout dépendant de la force de résistance de l’individu.

M. Mac Adie racontait de lui-même qu’il était monté sur le monument Washington pendant un terrible orage, qu’i...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Découvrez une sélection d'ouvrages édités au XIXe siècle et issus d'un catalogue de 13 000 epubs !
Code de la guillotine
Ludovic Pichon
Achetez ce livre sur :
Histoire sanglante de l'humanité
Fernand Nicolaÿ
Achetez ce livre sur :