La fondation de la Presse en 1836 | Retronews - Le site de presse de la BnF
Long Format

La fondation de la Presse en 1836

le par - modifié le 10/04/2018

Emile de Girardin lance le 1er juillet 1836 La Presse, le premier quotidien à bon marché. Il est considéré comme le fondateur de la presse moderne : un journal d’information et de divertissement, financé par la publicité. Ce journal doit son succès à un prix de vente bon marché et aux romans feuilletons qui lui permettent d’élargir son lectorat. Malgré les critiques, ses innovations sont largement imitées par ses concurrents et font entrer la presse dans « l’ère médiatique ». 

La Presse : une révolution dans le journalisme

Le 1er juillet 1836, paraît le premier numéro d’un nouveau journal politique, La Presseque son fondateur Emile de Girardin présente comme révolutionnaire et destiné à un lectorat plus large que la presse traditionnelle. Il s’agit du premier journal à bas prix : son abonnement est fixé à 40 francs contre 80 francs pour les quotidiens traditionnels.

A travers La Presse, il fait la promotion d’un journal d’information et de divertissement et non d’un journal d’opinion au lectorat élitiste et restreint. Les premiers numéros de la Presse constituent une sorte de profession de foi de Girardin qui dessine le portrait-robot de son journal et du journalisme moderne. « La presse à grand nombre et à bon marché (...) forme le jugement de lecteurs nouveaux, (...) étend le bon sens public, (...) active la circulation des idées, (...) efface toutes démarcations étroites de partis ».

Pour Girardin, la presse est destinée à instruire le plus grand nombre et à former le jugement des lecteurs, qui sont aussi des électeurs, avec l’abaissement du cens sous la Monarchie de Juillet et non à être la tribune d’hommes politiques ou de partis. Il défend donc la neutralité de son journal et une forme de déontologie journalistique en distinguant ce qu’il appelle la « polémique » (les partis pris idéologiques) et la « publicité » des faits (l’information). Il annonce ne pas vouloir reproduire les discours parlementaires leur préférant les « débats de presse ».

Émile de Girardin ; Monnin et Merle ; 1855 - source : Gallica-BnF

Les clés de la réussite de la Presse

Girardin est un entrepreneur : il applique au journalisme les règles du capitalisme en s’inspirant de la presse britannique. « Le prix de l’abonnement des journaux quotidien...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Monarchie de Juillet (1830-1848)